January 31, 2005

OK guys, here's the scoop


The account of the evening was meant for friends and family (OK so admittedly, I was stupid to post it up :)

The message was slightly humourous and ironic, which perhaps, was a way to cope with such a situation--which can be a little bit traumatic. Who would be enchanted about spending the evening with armed robbers with a penchant for tying up the guards?

Although the tone was light, the situation and the aftermath was not.

January 27, 2005

Snippets of Wisdom from My Brother

Hi Dorothy,

Good job! It's great to have opportunities to change positions within a company. I must be perfectly honest with you, the prospect of work at the DRC really scares me. But let's take a look at the pro's and con's.

1.- Interesting work.
2.- Different area, which gives you an opportunity to travel.
3.- Better pay, more vacation time.
4.- Different project.

1.- No infrastructure whatsoever. No access to phone or internet.
2.- The very real possibility of getting killed.
3.- Not staying with the same office for a long period of time.
4.- No possibility of moving around alone.

The big one, I think, is CON number 2.

Disconnected thoughts

--Knife sellers--
Like the alternating fruit and vegetable seasons, the street sellers have seasons too. Trees, perfumes, fire crackers can all be bought at different times and usually one item will dominate the market for a few weeks and then fade into oblivion. This week, it’s knife season (due to Tabaski probably). 18-year old kids walk around with cases of long knifes-about the size of one’s forearms-and machetes from the Rambo movies. I walk around them nervously and politely decline their invitation to buy their wares, acutely aware that they could just wield the knives in my direction and I would feel very much “obliged” to pay for them.

--Computer Programs--
I have been spending waaay too many hours working on a publication for my office using a 30-day trial version of In Design. It’s a strong formatting program that can create professional looking publications but takes a while to get the hang of. I spent the whole day playing with the following features: resetting the margins, changing the words around to look nicer, adding white spaces to the cells of each table. I swear I am not joking: the whole day.
After hours of staring at the dumb computer screen, I learned that the monitor should be orientated downwards not upwards, explaining the rather severe neck strain I’ve been feeling lately.

Tabaski is some sort of religious event where you get to buy a male sheep (looks just like a goat) and kill it yourself. I still haven’t quite figured it out but I’m told that it involves a ceremony to imitate the sacrifice of Abraham in front of God. For us non-Muslims (and Muslims alike I imagine) it means that the downtown streets are bare and the streets leading back to the suburbs are jammed packed. And of course, you can buy a sheep pretty much anywhere this time of year if you wanted one. A colleague of mine, who usually takes 1 hour to get into the office, was stuck in traffic for 4 hours.
I walk the streets at night, and all that is left are the poorest of the poor beggars. The ones that have had polio when they were children and drag themselves by their hands (they weave their fingers in plastic flip-flops to protect their palms). Their mangled, dwarfed legs trailing behind. Not even a wheelchair to call their own. Even the old men with leprosy have gone home the day before Tabaski.

After 6 months of having a really shitty fridge and requesting a new one every single day (When can I have a new fridge? Have you given some thought about my fridge? Say have I mentioned that my fridge doesn't work? I have a suggestion: let's get me a new fridge!), I now have two. Which makes it considerably harder to move around in my kitchen. My water bottles are still half frozen from the old fridge. As I pour the remaining non-frozen water I wonder why half the water is hard as a rock and the other is still liquid WITHIN the same bottle. I wonder if perhaps the liquid portion is made up of non-filtered water or perhaps water with more particulate matter in it—explaining why it hasn’t frozen with the rest of the water. Can this explain the “stomach troubles” I’ve been having all along? My brain shuts down, I shrug it off and avidly gulp the whole glass down.

--Democratic Republic of Congo--
The fellow in the Congo has come down with a case of Malaria.

I applied to a job in Congo-Kinshassa (see irony of the situation with above statement). Now my company is considering whether I should go in Congo or stay in Senegal. I’m confused and torn and will just ride the wave until someone, or something, decides for me.

I’m off ladies and gents, I can hear the Bbaaa of the goats in the parking lot behind my house.

January 25, 2005

James Bond got held up during a dinner at the French Ambassador's house

For those of you that don't speak french, tough :) A friend brought these further articles to my attention:

James Bond : "Les investisseurs ne viendront pas à Madagascar"
Le discours officiel du gouvernement est remis en cause par cette affaire de cambriolage à Ambohipo. James Bond relève l’existence d’un système judiciaire et de sécurité "quelquefois" inégalitaires. Après l’émotion, l’heure est aux comptes. "Cet incident ne va pas refléter une bonne image du pays. Les investisseurs n’y viendront pas ". James Bond, directeur des opérations de la Banque mondiale à Madagascar dans l’océan Indien, a tiré les premières leçons sur le braquage de quelques diplomates, dont il faisait partie, au domicile du premier conseiller à l’ambassade de France. Hier, James Bond a saisi l’occasion pour donner sa vision de la situation qui prévaut à Madagascar. "Il faut que le système judiciaire et sécuritaire soit égalitaire, a-t-il martelé. L’existence d’un environ- nement de justice et de sécurité est importante pour tout un chacun, qu’il soit malgache, karana ou étranger, qu’il soit pauvre ou riche et quel que soit le niveau de vie ". Il précise pourtant que "Madagascar n’est pas encore un pays de banditisme et que l’on y rencontre très peu de violences". Le directeur des opérations de la Banque mondiale dans l’océan Indien a, par contre, pointé du doigt "l’existence de la corruption". Ce hold-up du samedi contrarie les efforts entrepris par le gouvernement en faveur de la bonne gouvernance et de la sécurité. Pour James Bond : "Le développement suppose une amélioration de l’environnement pour tout le monde. Il faut assurer un Etat de droit pour qu’il n’y a plus de place pour le banditisme et la corruption". Ce braquage constitue un grain de sable dans les rouages dans la machine gouvernementale. Il contrarie les efforts déclarés et le discours officiel. Le régime a fait de la bonne gouvernance et la sécurité, son cheval de bataille. Le président Marc Ravalomanana a toujours déclaré que ces deux questions étaient ses priorités. Le chef de l’Etat a annoncé "l’amélioration de l’environnement judiciaire pour une bonne image de Madagascar et afin d’attirer les investisseurs", lors de son intervention du 20 décembre à l’occasion de l’inauguration du palais de Justice réhabilité à Anosy. Pas plus tard que samedi, le chef de l’Etat a loué les efforts de la Police nationale pour la sécurité du pays. C’était, lors d’une sortie d’une promotion des policiers à Antsirabe. Un diplomate de la place a déclaré que la "répétition d’un tel événement malheureux pourrait affecter les relations diplomatiques entre Madagascar et la France". Une remarque qui corrobore la déclaration de James Bond selon laquelle " quatre bandits ne remettent pas en cause les bonnes relations entre la Banque mondiale et Madagascar ". Une position qui pourrait changer "en cas de répétitions ". L’ambassade de France dont l’un des membres de son personnel diplomatique a été concerné ne souhaite pas encore s’exprimer officiellement. Retombées politiques Le président Marc Ravalomanana et son homologue français Jacques Chirac pourraient évoquer le sujet lors de la remise du trophée Louise Michelle à Paris aujourd’hui. Coïncidence fâcheuse, le président Marc Ravalomanana l’a reçu au titre de l’année 2002 en récompense, entre autres, pour des actions du chef de l’Etat malgache pour la bonne gouvernance. Le général Ramakavelo, l’une des victimes du braquage, ne résiste pas à soupçonner "l’existence d’une manœuvre" dans cette affaire. Il se pose déjà la question quant aux retombées politiques d’un acte de banditisme d’une telle envergure. "Il ne faut pas oublier que le monde, en particulier les Etats-Unis, met la lutte contre le terrorisme dans ses priorités". Dans son intervention, James Bond a lancé un appel "à tout un chacun à travailler ensemble afin d’éradiquer ce fléau, à savoir l’insécurité". :Iloniaina A.

Madagascar Tribune

James Bond and Co, dépouillés
Stupeur et désagrément dans les chancelleries et les salons samedi soir dernier. Coups de fil par-ci par-là en passant par les messages SMS. Toute la classe dirigeante a été stupéfaite de l'audace des brigands. La raison est simple : la résidence d'un haut fonctionnaire français a été investi par des bandits. Les invités, dont le Directeur des opérations de la Banque mondiale dans l'Océan indien, James Bond et lui-même ont été dépouillés par des bandits qui ont agi à visage découvert. Les brigands ont par la suite pris la poudre d'escampette.

Décidément, l'insécurité s'installe dans tout le territoire national et en particulier dans la capitale. Depuis quelques mois, des bandits bien armés ont semé la terreur dans la ville. De plus en plus, les foyers fortunés et les villas de gens aisés de diverses nationalités sont leurs principales cibles. Dernier en date, la résidence du premier conseiller de l'ambassade de France, Philippe B. sise à Andohanimandroseza, samedi dernier vers 20 heures 30 minutes. Quatre bandits armés de Kalachnikov et de pistolets automatiques se sont introduits dans la villa de ce diplomate français au moment où il a reçu quelques invités de marque dont le directeur des opérations de la Banque Mondiale, James Bond, le général Ramakavelo Désiré, Patrick Rajaonary, Philippe Andriantsitohaina et quelques opérateurs en zone franche. Au total, ils étaient sept couples dont 4 étrangers et 3 nationaux, présents, au moment de l'attaque. Après avoir ligoté les agents de sécurité et les chauffeurs, les bandits ont débarqué inopinément et ont menacé avec leurs armes toutes les personnes présentes, y compris les deux enfants encore mineurs. Les assaillants qui ont agi à visage découvert, ont emporté avec eux les bijoux, les portables, l'argent ainsi que des objets de valeurs dont le montant total reste inconnu. Selon l'une des victimes qu'on a pu contacter hier après-midi, l'opération a duré près de 40 minutes environ, mais devant les bandits superbement équipés en armes, personne n'a rien fait. * Une personne arrêtée... Quelques minutes après la fuite des assaillants, le propriétaire des lieux a informé l'ambassadeur de France, Catherine Boivineau et celle-ci a appelé les hauts responsables de la sécurité à Madagascar. Du coup, le commandant en chef de la gendarmerie, le général Randrianasolo Augustin, le chef d'Etat-major général de l'armée, le général Raonenantsoamampianina et le secrétaire d'Etat chargé de la Sécurité publique Razakandrina Lucien, accompagnés de l'ambassadeur de France se sont rendus sur les lieux afin de constater de visu les dégâts. La chasse à l'homme a été lancé dès le samedi soir. D'après nos informations, une personne dont l'identité n'est pas encore dévoilée, a été appréhendée dès hier. On ne connaît pas si elle fait partie des assaillants ou non. En tout cas, cette personne pourrait avoir des informations capitales qui pourraient amener à l'arrestation des vrais auteurs de ces actes criminels. Des rumeurs ont circulé hier que ces criminels ne sont que " la bande des cinq " qui ont opéré en toute tranquilité dans la capitale depuis quelques semaines. La série de kidnappings dont les membres de la communauté " Karana " sont les principales cibles, sont les œuvres de cette bande organisée et bien équipée. Visiblement, les bandits sont bien informés avant d'opérer, tant sur la personne que sur les lieux. Comment ont-ils pu avoir des informations sur la tenue d'un tel dîner à titre privé ? En tout cas, les bandits ont bien choisi leurs cibles. Tout laisse à croire que la recrudescence des actes de banditisme de ces derniers temps ont des visées purement politiques. Quoi qu'il en soit, l'Etat malgache n'a pas accompli sa mission primordiale dont la protection des personnes et des biens. James Bond ( 007 )...ne dira pas le contraire. Et malgré les formations et les équipements offerts aux forces de l'ordre (Police nationale, Gendarmerie...) par les pays amis, dont la France, l'insécurité ne cesse d'envahir la cité et le monde rural. Depuis quelques semaines, la presse locale a déjà attiré l'attention des responsbles gouvernementaux sur la gravité de la situation, mais on nous taxe d'être manipulé par l'opposition.

L'Express à Madagascar

Les malfaiteurs ont attaqué la résidence du premier conseiller à l’ambassade de France.Quatre bandits ont attaqué samedi soir la résidence de Philippe Bottrie, premier conseiller à l’ambassade de France, à Andohanimandroseza. Des invités, dont James Bond, représentant de la Banque mondiale, ont été dépouillés. L’insécurité atteint les sommets. Une attaque à main armée a été perpétrée samedi dans la soirée, contre Philippe Bottrie, premier conseiller à l’ambassade de France, et ses invités dont James Bond, représentant résident de la Banque mondiale. Vers 20 heures trente, quatre bandits opérant à visage découvert, ont pointé leurs pistolets automatiques et kalachnikovs contre les invités qui prenaient l’apéritif sur la terrasse avant de passer à table. Parmi eux figurent, entre autres, James Bond, Directeur des opérations de la Banque mondiale à Madagascar, le nouveau consul général de France Bréjon, des fonctionnaires de l’ambassade, des personnalités du monde des affaires comme Philippe Andriantsitohaina ou le général en retraite Ramakavelo, ancien ministre des Forces armées sous l’Administration Albert Zafy.

A plat ventre
Aucun acte de violence n’a été rapporté. Selon une des victimes qui a requis l’anonymat, les bandits les ont obligés à se rendre au salon puis de s’allonger à plat ventre. Ils les ont dépouillés de tous les objets de valeur, argent, montres, bijoux ou portables et après une fouille en règle de la résidence du premier conseiller, ont pris le large avec la voiture d’un des invités. “Le calvaire a duré plus d’une heure”. Les grands responsables de la sécurité se sont rendus immédiatement sur les lieux. Le secrétaire d’Etat chargé de la Sécurité publique, Lucien Victor Razakanirina, les généraux Raonenantsoamampiaina, chef d’état-major général de l’armée et Augustin Randrianasolo, commandant en chef de la gendarmerie. Le premier ministre Jacques Sylla aurait pour sa part, téléphoné. L’évènement sonne comme une gifle. Pour la première fois dans l’histoire de Madagascar, des diplomates ont été victimes de l’insécurité qui vient de gagner des proportions jamais atteintes auparavant. La position humiliante infligée à une personnalité comme James Bond est un véritable défi lancé au pouvoir et un clair désaveu des discours officiels. Coïncidence fortuite ou non, le hold-up a été perpétré la journée même de la sortie de près de mille nouveaux policiers de l’Ecole nationale de police d’Antsirabe. Aucune réaction officielle n’a été enregistrée jusqu’à l’heure du bouclage du journal. Les responsables de la police renvoient à un “imminent” point de presse qui serait donné par le secrétaire d’Etat à la sécurité publique. Des informations font état d’une arrestation. D’autres informent que les malfrats ont abandonné la voiture volée devant l’Hôtel de police, Tsaralalàna.Visées politiques Des affaires jusqu’ici non élucidées refont surface. Diverses sources informent, que le même scénario s’est déjà déroulé à une centaine de mètres à vol d’oiseau de la résidence de Philippe Bottrie. Un opérateur en BTP, sa famille et leurs invités en ont fait les frais. Les victimes d’Andohanimandroseza ont vécu la réalité de l’insécurité à Madagascar, et sans doute, éprouvé la plus belle peur de leur vie. Après le récent kidnapping d’Ilyas Akbaraly, un important opérateur économique, le hold-up confirme que l’insécurité n’est pas un phénomène lointain, le grand banditisme se révèle comme un phénomène courant qui n’épargne plus personne. Des détails rapportés par divers témoignages laissent néanmoins perplexes. Les gardiens et les chauffeurs auraient tous été retrouvés ligotés. Même si le parc “est plutôt mal éclairé”, il serait difficile que, à quatre ou à cinq, des malfrats aient pu venir à bout de plus d’une dizaine de personnes avant de s’attaquer aux invités. Les responsables de la police refusent de se prononcer sur la question. L’éventualité d’un hold-up “commandité” pour des “visées politiques” n’est pas écartée par des observateurs. Les victimes ont remarqué que les malfrats ont montré beaucoup d’aisance et de familiarité avec les armes. “Des professionnels”. :Mamy Nohatrarivo

January 24, 2005

This Just In--James Bond braqué au cours d'un dîner

AP 23.01.05 14:48 ANTANANARIVO (AP) -- James Bond, directeur du bureau régional pour l'Océan indien de la Banque mondiale, à Antananarivo, a été victime d'un braquage au cours d'un dîner au domicile du premier conseiller de l'ambassade de France, dans la soirée de samedi à dimanche. Selon le premier conseiller de l'ambassade, Philippe Botterie, un groupe d'hommes armés a fait irruption dans la salle où se déroulait le dîner, auquel participaient des responsables économiques, malgaches et étrangers. Sous la menace de leurs armes, mais sans violence, les malfaiteurs ont demandé aux convives de leur remettre bijoux, montres, argent ou cartes bancaires qu'ils avaient sur eux. Les braqueurs, après avoir sans succès tenté d'avoir accès au coffre du diplomate français, ont quitté les lieux en volant du 4X4 de luxe d'un des invités. Ils ont ensuite garé le véhicule devant le commissariat central de police, à Antananarivo, où il a été retrouvé et récupéré par son propriétaire dans la matinée de dimanche. James Bond, lui, n'a pas donné sa montre, selon un des participants au dîner. AP

January 14, 2005


Dust hangs in the air all day, creating a strange fog in the sky and obscuring the sun. The resulting phenombra gives Dakar a strange science fiction-like feel and the people walk around looking morose.

The dust that manages to creep into my house, my office, my bag settles on surfaces and coats them as if they hadn't been dusted in a thousand years.

"The yellow fog that rubs its back upon the window-panes,
The yellow smoke that rubs its muzzle on the window-panes,
Licked its tongue into the corners of the evening,
Lingered upon the pools that stand in drains,
Let fall upon its back the soot that falls from chimneys,
Slipped by the terrace, made a sudden leap,
And seeing that it was a soft October night,
Curled once about the house, and fell asleep."
--the Love Song of J. Alfred Prufrock (1919), TS Eliot

January 10, 2005


I went to Madagascar for ten days. The telecommunication system being what it is (it sometimes proves to be a challenge just to use the phones), I was not able to update my blog on a regular basis. As you can probably imagine, there’s a million and one things to say about the country, but I am inherently lazy and my memory is often shoddy. Solution? A cope-out! I am posting 15 of the least fuzzy pictures and attaching labels to them. Enjoy the photo account.


Antananarivo, the capital of Madagascar, is a luscious expand of hills and valleys packed with houses, villas, shanty-stores and shacks. The Malasi are a people of mixed ancestry, with a history of Asian immigration and African influence. As a result, the majority of the surface area of the land has been converted into rice fields—even in the more populated capital.

Although heavily influenced by French architecture over the years, many Tana houses keep their distinct Asian influence with characteristic narrow walls leading to high, slopped roofs.

In some small village, disease that caused so much havoc in the middle ages in Europe is still existant. Here, a pictogram showing the plague’s mode of transmission from mice to fleas to humans and its characteristic symptoms is posted on a prominent wall.

One of the many Tourettes of Antananarivo Posted by Hello

Rice fields to the horizon Posted by Hello

Dr. Zeuss-like houses Posted by Hello

La Peste Posted by Hello

Nose Be and Hell Ville

Nose Be is a little island just off the coast of North-West Madagascar. It is very much under-developed with most of the inhabitants living in one room shacks made with palm tree leaves and bark. The shacks are illuminated at night with a lone candle in the middle of the room which makes the walls glow cutting the darkness of the night. Of course, we stayed in a prime Italian resort, kept the light on all night, rented scubas and ate to our hearts content. Ah the hypocrisy of International Development work!

The main city of Nosy Be is called Hell Ville. No joke. I think that it was named after a French officer (keep your snarky comments to yourself, thank you very much). There are still remnants of French colonialism: old canons, gutted column buildings, large decrepit mansions and lots and lots of aggressive salespersons selling embroidered tablecloths and minutely carved model ships.

This little boy sold us some home-made granola bars.

Girls practice the traditional Nose Be face painting on each other.

One can also fill a one-gallon large plastic bottle with white or dark rhum distilled locally. I tasted about a finger’s worth of the stuff and felt drunk all day.

Throughout the country, the delectable main dish consists of Zebu (a humped animal much like a skinny-cow with a floppy fin), chicken and pork. A vegetarian’s dream.

Boats make the early trip from remote parts of the island to bring souvenirs to tourists or seafood to restaurants.

Palms, sea and sand (picture taken by Eric) Posted by Hello

Old french colonial house Posted by Hello

Boy with wheat and honey bars (picture taken by Eric)Posted by Hello

Characteristic face painting of Nose Be Posted by Hello

Bucket O' Rhum Posted by Hello

A Zebu Posted by Hello

Little boat, wide sea Posted by Hello

The Natural Reserve of Andasibe

There are increasingly larger numbers of reserves in Madagascar with local villagers protecting their natural resources in the hopes of profiting from eco-tourism. In a five hour hike, we spotted 2 snakes, large millipedes, a chameleon, a giraffe-necked insect, several families of Lemurs (here an Indris), delicate dragonflies, orchid spouts…

Our guide showed us a plant from which the early anti-malarial quinine is made. He drinks a tea infused with the leaves and barks every night to prevent the sleeping sickness.

This is an orchid (I think) that grows in our garden. You should consider yourself lucky because I was tempted to post all my 27 pictures of flowers but managed to restrain myself. At the risk of sounding trite, the flowers are absolutely beautiful in Madagascar, no doubt owing to the heavy rain and bright sunny conditions.

There are so many things to say about this stunning country. I hope that you can forgive me of not covering the most salient aspects of its history of bloody queens, political coup d’etats, colonialisation, loss of hundreds of species of animals and plants by overgrazing or hunting, cultural beliefs reminiscent of Asian practices, and much much more. Just go there yourself or read the Lonely Planet Guide.

Some type of weird snake resting on a skinny tree branch Posted by Hello

Giraffe-necked insect in Andasibe Natural Reserve Posted by Hello

Indris Lemur sitting in a tree Posted by Hello

The Indris Lemur is the largest of its species. It survives in small numbers in the Natural Reserve. It protects its area by emitting a shrill, surprisingly ear-shattering cry

Our guide holds up a Quinine plant Posted by Hello

An orchid in our front garden Posted by Hello